Votre havre de paix
au coeur des Pyrénées

Luz-Saint-Sauveur village remarquable des Pyrénées

Le patrimoine de Luz-Saint-Sauveur

A 65 km de votre camping, u carrefour de plusieurs vallées, le village de Luz-Saint-Sauveur représente une visite incontournable de la région.

Principalement, la ville est connue pour son église templière construite entre le XII et XIIIe siècle selon un texte gravé sur le porche. Ce n’est qu’au XIVe s que les Hospitaliers de l’ordre Saint- Jean de Jérusalem deviennent propriétaires de cette église grâce à un leg de la famille André.

Afin de protéger les habitants de Luz des nombreux raids des bandits espagnols, notamment les « miquelets ». Les moines guerriers édifient des remparts autour de l’église composés de remparts crénelés formant un polygone de 14 côtés. En ce temps là, un large fossé cernait l’église. Un pont levis permettait de le franchir. La nef et le chevet sont alors surélevés pour faire un chemin de ronde. La chapelle de la Vierge a sans doute été fondée entre 1420 et 1444. Puis vers 1650, pour attirer la clémence de Dieu sur le village atteint de peste noire, il fut construit la chapelle Notre-Dame-de-la-Pitié à l’intérieur de l’enceinte fortifiée. L’ordre de Malte succède aux hospitaliers en 1736. Enfin en 1865, une porte est percée afin de faciliter l’entrée dans l’église et en 1876, on utilise le clocher comme prison.

Tourisme Pyrénées

Père Igor [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)] https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/6a/Luz-Saint-Sauveur_%C3%A9glise_Templiers_chevet.JPG

Cette église fut le premier bâtiment classé au titre des monuments historiques dans le département des Hautes-Pyrénées.
On peut y admirer le maître-autel en bois doré, la chaire, une pieta polychrome.

Les vestiges de l’Empereur Napoléon III

Napoléon III adorait les Pyrénées où il séjournait souvent en compagnie de sa femme l’impératrice Eugénie pour faire des cures.

La chapelle Solférino

La chapelle Solférino est à voir avec sa drôle de tour byzantine. C’est Napoléon III qui ordonna sa construction en 1859 sur les ruines de la chapelle Saint-Pierre, authentique édifice datant de l’évangélisation de la région par Saint Jacques.

 

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/07/Luz_Saint-Sauveur-Chapelle_Solf%C3%A9rino.JPG Père Igor [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)]

Le pont Napoléon

La grande idée de napoléon fut de relier les deux rives du Gave de Gavarnie par un pont en pierre d’une seule arche. C’est M. Bruniquel ingénieur des Ponts et Chaussées, prestigieux ordre fondé par Napoléon 1er qui fut en charge des travaux. Ceux-ci durèrent 2 ans. Le pont était achevé en 1861 et l’empereur viendra contempler l’oeuvre en 1863. D’une longueur de 68 mètres, son tablier est à 63 m au-dessus du gave.

Jean-Christophe BENOIST [CC BY 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by/3.0)]https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/01/Luz-Saint-Sauveur_pont_Napol%C3%A9on.JPG

À l’extrémité du pont, on peut voir une colonne de douze mètres de hauteur érigée en hommage à l’Empereur . La colonne est composée de 14 anneaux de pierre de lourdes et surmontée d’un aigle monumental sorti des ateliers de la marbrerie de Bagnères. On peut y lire :

« A leurs Majestés impériales Napoléon III et l’Impératrice Eugénie, les habitants de LUZ St SAUVEUR reconnaissants ».

 

Profitez de votre séjour au camping le ruisseau à Gouaux pour faire cette excursion d’une journée au pays de Luz-Saint-Sauveur

TARBES, la belle provinciale d’Occitanie

À une petite heure de votre camping le Ruisseau, la ville de Tarbes, antique cité du Piémont pyrénéen, en occitanie vous attend pour un superbe marché de Noël…et bien sûr pendant toute la période estivale.

Marche de noel-Tarbes

Tarbes, préfecture des Hautes-Pyrénées, est une belle ville provinciale qui réjouit le regard par de beaux édifices classiques et de magnifiques places agrémentées de fontaines.

En effet, cette ville compte 7 fontaines remarquables qui donnent un cachet particulier à la ville.

LA FONTAINE DES IV VALLEES
Place Marcedieu

L’édification de cette fontaine est née des dernières volontés de Mme Félicité Duvignau, qui désirait par son legs, contribuer à la construction de deux fontaines sur la place Marcadieu.

Fontaine grandiose érigée sur 4 étages : Au sommet le groupe de l’Aurore avec une femme nue et l’isard dressé sur ses pattes arrières qui l’accompagne. Au-dessous le groupe des Torrents : L’Adour et l’Echez, Le Bastan, l’Arros, la Neste puis le Gave, sculpté en roche de Lorraine, choisie pour son grain grossier. Plus bas, trois animaux représentatifs de la faune de nos montagnes. L’aigle, le loup et l’ours en bronze. Enfin, les personnifications des vallées d’Argelès, de Bagnères, d’Aure et de la plaine de Tarbes.

LA FONTAINE MONTAUT

Place Mercadieu
Ce fut la première fontaine érigée à Tarbes, grâce à un legs fait par Pierre Montaut. À l’origine, elle occupe le centre géométrique de la place Marcadieu. Très sobre, entièrement réalisée en pierre de Lourdes, elle se compose d’une colonne architecturée émergeant d’un socle massif baigné par un bassin circulaire rempli par des jets personnifiés de mufles et de lions.

LA SOURCE D’AMOUR

Place Mercadieu

Le groupe représente deux personnages. La femme nue, personnification de la source, tient de ses deux mains et dans un geste gracieux, une jarre d’où s’écoule de l’eau. Un Amour ailé, sous les traits d’un jeune adolescent, se tient à genoux aux pieds de la Source.

LA FONTAINE DE L’INONDATION

Place de la Courte-Boule

Représentation très réaliste du fléau de l’inondation. L’eau monte et les malheureux sinistrés se hissent à force de bras sur un rocher qui est leur dernier refuge et leur dernier espoir.

LES FONTAINES DE VERDUN

Place de Verdun

Constituée d’une boule de granit poli de 1,5 tonne, soutenue par un film d’eau sous pression, cette fontaine est très spectaculaire

LA FONTAINE PLACE SAINT JEAN

Place Saint-Jean

En marbre de Payolle représente l’apôtre Saint Jean

LA FONTAINE DE LA GESPE

Place André Guerlin

La dernière née des fontaines tarbaises, elle en marbre d’Arudy et son thème rend hommage à l’interaction de la ville avec l’eau.

 Tarbes pleine de poésie qui dévoile sa légende.

La légende veut que la reine d’Ethiopie Tarbis, proposa son amour à Moïse qui le refusa. Désespérée de chagrin, elle quitta son trône et partit loin des yeux du monde cacher son affliction. Après bien des épopées, elle parvint en Bigorre et édifia au bord de la rivière Adour sa demeure et fonda la ville de Tarbes… et sa sœur, fit de même sur les bords du Gave pour bâtir Lourdes.

Une visite de la ville de Tarbes

Outre le circuit des fontaines, le parcours commence Place de Verdun, au cœur de la ville où s’affichent de nombreuses terrasses de café pour bénéficier d’un rafraîchissement au soleil.

Prenez au nord vers la rue Massey pour déboucher sur le jardin Massey du même nom. Ce tarbais a lui aussi fait don à la ville de ce jardin qu’il s’était aménagé mais qui n’était pas achevé quand il mourut. Aujourd’hui, canards et paons gravitent dans cet espace vert, agrémenté d’arbres d’essences très variées. En continuant au nord, sur l’artère Achille Jubunal, se trouve le Musée Massey où sont regroupés des documents et objets relatifs aux hussards.

Crédit Florent Pecassou

Revenez par la rue André Fourcade pour retourner dans le centre-ville. Continuez jusqu’à la place Jean Jaurès où de dresse l’imposant hôtel de ville, de style classique du XIXe s.

Prenez la rue Braunhauban à votre droite qui est piétonne et commerçante jusqu’à retrouver la place de Verdun, que vous traverserez pour prendre la rue de l’abbé Torne. Ce quartier est le plus ancien de Tarbes avec de nombreuses maisons datant du 17 è siècle.

À votre gauche, le lycée Théophile Gautier ancien lycée impérial où le comte de Lautréamont fit sa classe. Au croisement prenez à droite, rue de la victoire pour passer devant la maison natale du Maréchal Foch avant de revenir rue de l’abbé Torne pour arriver à la place du Gal Charles de Gaulle et admirer la Cathédrale Notre dame de la Sède. Cette place très agréable vous permet d’accéder à la préfecture des Hautes Pyrénées et à l’hôpital de l’ayguerote qui présentent chacun une très belle façade.

S’il vous reste encore un peu d’énergie, retrouvez la place Mercadieu avec la très belle halle de type Baltard- la villa Bel-Air, une grande maison bourgeoise entourée d’un parc.

Tarbes détient le label villes et villages fleuris, garant d’une belle qualité de vie, label qui récompense les communes pour leur respect de l’environnement, leur qualité d’accueil des habitants et des touristes, leurs actions en faveur du patrimoine végétal et naturel et la préservation du lien social.

C’est une ville agréable à visiter qui donne une idée de la splendeur des villes provinciales de l’époque du XIXe siècle.

Puis ce sera le retour dans votre camping pour une agréable veillée dans votre chalet à Gouaux.

crédits photo: wwwtarbes.fr –

Le village d’Arreau

À seulement 5 km du camping « Le Ruisseau » à Saint-Lary, la commune d’Arreau, ancienne capitale des Quatre Vallées (comté d’Aure), est à la jonction des vallées d’Aure et celle du Louron.

Ce village est remarquable par la richesse de son patrimoine architectural.

Situé sur la voie secondaire du pèlerinage de Compostelle, Arreau est aujourd’hui connu comme étant souvent une étape des courses cyclistes les plus prestigieuses comme le Tour de France, du fait de sa localisation entre le col d’Aspin et celui de Peyresourde.

Mais c’est surtout grâce à son patrimoine civil et religieux, unique dans les Hautes Pyrénnées, qu’Arreau attire les visiteurs. En effet, ce village a toujours été un centre administratif d’importance: Siège de la judicature des Quatre-Vallées jusqu’au 16e siècle, puis siège de lieutenance jusqu’en 1789, Arreau était aussi siège d’archiprêtré.

Cela en fit une capitale économique très fréquentée avec des foires et des marchés d’importance régionale avec notamment l’artisanat drapier. Puis au XIXe s le tourisme thermal prend le relais appuyé par l’arrivée du chemin de fer en 1897.

À voir à Arreau

Le château des Nestes (ou château Camou) est une vaste bâtisse des XVII et XIXe s qui rappelle l’histoire de la vallée. Ancienne commanderie, militaire et hospitalière, édifiée sur l’enceinte clôturant le village de la Neste du Louron, il assurait la protection du sanctuaire de Saint-Exupère. Le clocheton en bois datant du XIXè s au sommet de la tour centrale servit d’observatoire astronomique familial.

Arreau village des hautes pyrénées

Arreau – château de Neste

Réservez votre hébergement de vacances au camping Le Ruisseau à Gouaux

Le château de Ségure, doté d’une tour carrée datant du XVIe s, ancien donjon du XIIe s bâti sur un roc, possédait une salle d’armes au rez-de-chaussée. Les façades sont agrémentées de croisillons de bois et d’armoiries martelées. Le dernier descendant de la famille De Ségure devint mousquetaire du roi à la veille de la Révolution et après de nombreuses batailles en Italie, au Portugal et en Bohème, finit sa vie dans les prisons espagnoles.

La maison des Lys

Cette superbe maison de style gothique date de la fin du XVIe siècle. Elle est admirablement bien conservée et présente des caractéristiques remarquables: la façade de marbre gris finement sculpté, l’encorbellement des deux étages de la maison et les colombages décorés de lys.

L’école Saint-Exupère et la chapelle du même nom

Mitoyens les deux bâtiments ne datent pas de la même époque.

L’école, dont la construction date de 1554 et qui aurait été bâti à l’emplacement de la maison natale de Saint-Exupère, est référencée comme école dès 1602. La chapelle, bâtie en remplacement du sanctuaire primitif ,quant à elle est composée d’un porche de style roman édifiée entre le X et le XIIe s et d’une nef et de son clocher du XVIe s.

La Mairie-halle

Spectaculaire, cet ensemble architectural ne date pourtant que de 1932, et fut construit en remplacement de la vieille halle en bois du XVIe s. Le choix de l’architecte fut de préserver le style des maisons auroises, à pans de bois et d’ajouter sur le toit un clocheton agrémenté d’une horloge à 3 faces.

La halle a gardé sa fonction de marché hebdomadaire tandis que l’étage est occupé par les services communaux.

Dans le coeur historique d’Arreau, la rue principale, les quartiers Saint-Exupère, du Calvaire, de la Coutellerie, de Bon Rencontre et de Garian vous pourrez voir de très nombreuses maisons datant des XVIe, XVIIe, XVIIIe siècles. Parmi les belles demeures , il faut noter les principales dont les façades sont remarquables:

La maison Foch (Pic Molié) en front de Neste (ayant appartenu au grand-père du célèbre maréchal Foch);

La Maison Laguens avec des piètements de marbre rose en façade;

La Maison Ducuing-Forgue

La Maison Féraud, avec son décor exceptionnel de charpente et de menuiseries. Et bien d’autres encore: Les maisons Artigue, Cazala, Latour, Mouré…

Arreau abrite également un patrimoine religieux important:

L’église Notre-Dame avec son trésor de l’art religieux, une piéta du XVIe s.

La chapelle Saint-Michel de Garian (XIIe s)

La Chapelle Notre-Dame-du-Bon-Rencontre, chapelle des pèlerins

Ce village est d’une incroyable richesse et je vous invite fortement à le visiter lors de votre séjour dans votre camping de la vallée de l’Aure

Crédit photo :Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.fr) Source : Article Liste des châteaux des Hautes-Pyrénées de Wikipédia en français (http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_ch%C3%A2teaux_des_Hautes-Pyr%C3%A9n%C3%A9es).

Camping Arreau

Le Pic du Midi dans les Pyrénées

À une cinquantaine de km de votre camping, ne ratez pas l’exceptionnelle virée sur le Pic du Midi, le sommet des Pyrénées culminant à 2876 mètres d’altitude.

Accessible à tous grâce au téléphérique, le pic du midi est une visite incontournable pour admirer la majestueuse chaîne de montagne.

Situé près de Bagnères de Bigorre, il est connu du monde entier pour le panorama qu’il offre aux visiteurs sur le versant Franco-espagnol.

Il accueille également un observatoire astronomique dont les recherches scientifiques imposent leurs compétences depuis 135 ans. Un relais de télévision est aussi sur le Pic.

Pic du midi-camping Le Ruisseau

Pic du Midi de Bigorre – Camille Espigat

Le Pic du Midi, un site mythique des Pyrénées

Depuis toujours, le Pic du midi est la source de légendes que l’on retrouve dans les récits mythlogiques. Les Pyrénées seraient ainsi le tombeau de Pyrène, succombant à son trop grand amour pour Héraclès. Python, le serpent né de leur union gardait le tombeau. La tête de la créature serait à Gavarnie tandis que sa queue serait au Pic du midi.

Il est dit aussi que les pâtres Milharis et Béliou âgés de 999 ans, vivaient au pied de la montagne…

Mais au delà des légendes, une pointe de flèche retrouvée au col de Sensours démontre que le pic du midi était déjà fréquenté à la période néolithique.

Avec le développement des sciences au XVIIe siècle, le pic du midi devient d’un intérêt incontournable du fait de sa situation.

Les expéditions pour des observations sur le site se multiplient. François de Plantade qui étudiera en 1706 la couronne solaire d’une éclipse; Monge et d’Arcet qui mesureront la pression atmosphérique.

Le pic du midi, un site scientifique renommé

Le XIXe s est au progrès et en 1870, il est décidé la construction d’un observatoire au sommet du Pic du Midi. En 1875 commencent la construction des fondations et en 1882, les premiers locaux voient le jour.

Mais il faudra encore attendre l’année 1907 pour que le premier télescope soit installé. C’est alors un des plus grands du monde. Il permit à l’époque de démentir l’hypothèse de l’existence de canaux sur Mars. Le retentissement de la découverte offrit la reconnaissance mondiale scientifique des travaux de l’observatoire qui aujourd’hui encore est d’actualité. En effet les chercheurs scrutent le d’une grande pureté, pour débusquer, dans la galaxie, des phénomènes célestes inconnus.

L’observatoire du Pic du midi est labellisé depuis 2013 comme « Réserve internationale de ciel étoilé ». Un label décerné par l’international Dark-sky association qui garantit que le site n’a pas de pollution lumineuse.

Le Pic du Midi de l’impossible accès au téléphérique

Jusqu’au milieu du XXe s, il fallait plus de trois heures pour atteindre le Pic depuis le chemin du Tourmalet. Ayant déjà acquis une belle notoriété, une auberge était déjà installée à l’époque.

En 1952, un premier téléphérique d’une faible capacité est inauguré, au départ de La Mongie. Composé de deux tronçons, il y avait un arrêt au Taoulet. Mais le téléphérique n’était ouvert alors qu’aux seules équipes de l’Observatoire.

Avec le développement spectaculaire du tourisme des années 1990, le site du Pic du Midi rénove son accueil et décide la construction d’un nouveau téléphérique rendant accessible le sommet aux touristes.

L’ancien téléphérique est démonté avant que ne soit posé le nouveau sur le même tracé. Il est inauguré en 2000.

Partant de la station de La Mongie, le premier tronçon mesure 1781 mètres de longueur et avale un dénivelé de 560 mètres. Le deuxième tronçon est encore plus long avec 2629 m pour une pente moyenne de 21%.

Mais les amateurs de randonnée peuvent bien sûr grimper par les anciens chemins et savourer leur exploit avec bonheur, après avoir joui des merveilleux paysages pyrénéens.

Pour tous les renseignements concernant la visite

http://picdumidi.com/

Les musées du pays de la vallée d’Aure dans les Pyrénées

Dans la vallée où se trouve le camping le Ruisseau, votre camping des hautes pyrénées, au delà des ballades et des activités sportives, vous avez également la possibilité de pratiquer des activités cuturelles en Pyrénées dans la vallée d’Aure.

Le Musée de la Mine de Vielle-Aure

À Saint-Lary, venez découvrir la mine de Vieille Aure à seulement 6 kms de votre camping et vous plonger dans l’univers particulier de la mine. Ouverte en 1845, la mine de production de manganèse a accueilli nombres de mineurs jusqu’en 1920, année de son abandon. 100000tonnes de minerai était produite ici. C’est un parfait exemple des mines de montagne, celle-ci s’étend sur 320 m de galeries.

activites pyrénées

Grâce à un parcours pédagogique où une bande son vous explique le fonctionnement de la mine, vous revivez les étapes du travail entre la recherche du minerai, le creusement des galeries, la réalisation d’une voie de fer pour évacuer ensuite la manganèse avec des wagonnets. C’étaient les enfants qui principalement se chargeaient de ce travail.

Quant aux adultes, leur tâche de percer des puits intérieurs pour trouver de nouveaux filons, grâce à des pics ou à des bâtons de dynamite qui étaient mis à feu en même temps au cri de : ‘ gare à la mine ! ‘. En simulation un bruit de l’explosion est prévue lors de votre visite et le réalisme est accru grâce à des personnages en cire…

Ce haut lieu de la minéralogie est un site unique dans la région pyrénéenne.

Avec des extérieurs préservés et aménagés, la mine a été réhabilitée avec un parcours en son et lumière commenté en français, anglais et espagnol. En outre le musée expose des curiosités minéralogiques, des collections d’objets et de documents.

 

Renseignements :

Parc national des Pyrénées, D123, 65170 Vielle-Aure, France

TEL: 05.62.39.46.19

Réservez votre emplacement de camping dans la vallée de l’Aure

La Cidrerie d’Ancizan

Dans un bâtiment qui jouxte le musée de la vallée d’Aure à Ancizan, à 5 km de votre camping, vous découvrez le décor d’une ferme auroise telle qu’elle se présentait au XIXe siècle. La Cidrerie d’Ancizan est la première cidrerie artisanale bigourdane à relancer cette activité, vieille tradition pyrénéenne. Elle fabrique du Cidre sec, le Poumado.. Lors de votre visite vous apprendrez comment les abeilles participent au cycle de production en pollinisant les fleurs des pommiers grâce à des projections commentées. Des outils anciens traditionnels vous sont également présentés.

Enfin, une dégustation du jus de pomme 100 % pur jus, du cidre sec et de la liqueur de pomme anisée vous est offerte à la fin de la visite !

musee pyrennes

Renseignements:

Cidrerie d’Ancizan

Rue de l’Arbizon 65440 Ancizan

Tel: 05 62 39 97 61

 

 

 

Réservez votre location de chalet dans la vallée d’Aure à Proximité de Saint Lary soulan

 

Camping dans  la vallée d’Aure

Les grottes de Médous

A une quarantaine de kilomètres de de votre camping,  le site des grottes de Médous  près de Bagneres de Bigorre est considéré comme une des plus remarquables de la région. F. HERZOG, Spéléologue Suisse, les a d’ailleurs classées, « les troisièmes du monde ».

Des grottes  en Hautes Pyrénées qui se visitent en bateau

Ce sont sont des grottes naturelles, creusées par une rivière souterraine, constituée des eaux résurgentes de l’Adour. Elles ne présentent aucun vestige d’occupation humaine mais sont d’une beauté exceptionnelle.

 

Dès 1789, l’entrée de la grotte est connue mais n’est pas explorée en raison de l’obstruction par de l’argile de son accès. Ce n’est qu’à partir de 1948, que des spéléologues entreprennent de connaître l’origine des eaux sortant des grottes. Le site sera ouvert au public à partir de 1951, s’effectuant à bord d’une barque.

Le point de départ de la visite s’effectue le long d’un parc verdoyant bordé de magnifiques arbres, avec de très nombreux ruisseaux s’échappant d’un bassin, retenue des eaux jaillissant des cavités surplombée par un rocher.

grottes de medous

Les Grottes de Médous se partagent en deux parties : La « Galerie Sèche  » inférieure et la « Galerie des Merveilles », supérieure.

La première partie du parcours s’effectue à pied sur environ 1 km et vous permet d’appréhender un décor grandiose qui offre au regard de très nombreuses stalactites, stalagmites et excentriques, des colonnes, de larges coulées de calcite dont les formes capricieuses évoquent des draperies, des cascades, des grandes orgues et d’extraordinaires architectures.

Puis la visite se poursuite sur un parcours de 250 mètres en barque, sur l’Adour souterraine, moment inoubliable d’une rare intensité.

 

Outre l’intérêt des grottes, le site a un intérêt historique religieux

En effet, la Vierge Marie serait apparue surplombant l’entrée de la grotte en présence d’un petit berger puis en celle de la veuve Liloye. L’arrêt de l’épidémie de peste qui sévissait dans la région en fit naturellement un site dédié au culte marial et un lieu très populaire de pèlerinage.

 

Un couvent capucin fut installé, puis démoli lors de la Révolution française mais une chapelle a été implantée en 2000 à l’initiative de l’évêque de Tarbes qui permet aux pélerins de se recueillir.

Ne ratez pas cette magnifique destination lors de votre séjour, réservez dès maintenant votre hébergement ou emplacement au camping.

 

Grottes de Medous

60 Route des Cols – 65200 Aste – France – Tel : +33 (0)5 62 91 78 46

www.grottes-medous.com/

Bagnères de Bigorre

 

À 1h00 de votre camping, n’hésitez pas à venir admirer Bagnères de Bigorre,  cette ville thermale dans les Hautes Pyrénées, région Languedoc Roussillon midi Pyrénées. Elle recèle des trésors architecturaux, témoins de son histoire mouvementée.

Une cité romaine à l’origine

La période romaine vit s’installer en 28 avant JC, Valerius Messala installe son campement sur une colline de Pouzac, réduisant définitivement la résistance des Campani, tribu gauloise en Aquitaine. Comme partout lors de leur conquête, les romains apportent leur mode de vie dont les termes d’eaux chaudes qu’ils exploitent. On peut voir encore aujourd’hui l’autel votif situé sur l’escalier des Grands Thermes où il est fait mention de Vicus Aquensis qui pourrait signifier ville des eaux.(pour d’autres historiens c’est Aquae Convenarum qui pourrait être l’appellation de la ville). Il semblerait que la ville romaine ait été détruite par un tremblement de terre et temporairement abandonnée. Se reconstituant lentement, elle dut de nouveau être délaissée à cause d’une épidémie de peste en 580.

 

Bagnères de Bigorre revit et se développe véritablement à partir du XIIe s quand le Comte de Bigorre accorde aux habitants une charte de droits et de franchise. Bien qu’on ignore comment la ville désertée s’est si bien reconstituée pendant les siècles précédents, en 1313, on compte 800 foyers, l’équivalent de la ville de Tarbes, capitale du Comté.

À cette époque, la ville est partagé entre 4 bourgs entourés de muraille, chacun ayant ses activités agricoles sur un territoire défini: ceux du Bourg Vieux travaillent sur le vallon de
Salut et le hameau de Bouyaous (actuellement rue Georges Lassalle), ceux du Bourg Neuf au
quartier du Pouey et à Lesponne, ceux du Bourg de la Font aux Vigneaux et sur la plaine à
l’est du pont de Pierre et enfin, les habitants des Caoutérès exploitent les terres du pont
d’Arras et du hameau de Sarraméa. Quant à l’Adour, détourné par un canal, fait prospérer les moulins. L’artisanat qui en découle sert à la forge, au tannage des cuirs et à moudre les blés.

Deux ordres religieux se sont installés dans les bourgs au XIIe s: les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, faisant usage des eaux chaudes pour assumer leur rôle hospitalier et les dominicains à vocation spirituelle, qui veille sur la foi des habitants. De nombreuses églises ou chapelles sont construites: l’église paroissiale de Bagnères, l’église Saint-Martin (sis sur l’ancien temple de Diane), l’église Saint-Barthélémy (chapelle de l’hôpital-hospice ) l’église Saint-Roch, édifiée pour conjurer la peste ou l’église Saint-Blaise.

camping bagneres de bigorre

Bagnères est alors une ville prospère dont le développement sera stoppé par une épidémie de peste (1348 et 1361) et par la guerre de 100 ans qui verra la victoire des anglais en 1360. Bagnères de Bigorre devient donc possession anglaise et en 1327, Henri de Trastamare, allié du roi de France rançonne la ville et la met à sac qui perd alors deux tiers de sa population. Après cet épisode difficile, une autre vague destructrice s’abat sur la cité: la guerre de religion.

Jeannne d’Albret, comtesse de Bigorre embrasse la foi protestante et essaye de convertir les Bagnérais mais ceux ci gardent leur engagement catholique. L’embrasement du pays entier contre l’hérésie protestante est lancée et il faudra attendre l’Edit de Nantes, pour revenir à une terre pacifiée, terre que Henri IV, rattachera au Royaume de France en 1606.

La ville après les guerres de religion, est dévastée et la famine régnante favorise le retour de la peste en 1588, 1628, 1653 et 1654, sans oublier un tremblement de terre mémorable en juin 1660 qui dura trois semaines, détruisant la majorité des habitations et tarissant temporairement les thermes.

La ville est reconstruite avec des pierres de la carrière de Salut dont la particularité est de se transformer en marbre en vieillissant, ce qui donne à Bagnères son architecture caractéristique.

À partir de 1660, sous la Renaissance, les thermes se développe et Bagnères devient une ville d’eaux avec 25 établissements dont celui de « Vaux Hall », ancêtre du casino, où on peut jouer et danser.

Pendant la période de la Révolution, la ville accueille un certain nombre de modérés suspectés par les républicains, prêts à passer la frontière. Le pays ensanglanté par les guerres recevra de nombreux blessés et l’hospice Saint-Barthélémy, l’hospice des Capucins de Médous, les maisons d’Uzer et de Lanzac se transforment en hôpitaux militaires

Bagnères de Bigorre, une ville thermale

Aujourd’hui, Bagnère de Bigorre a gardé sa fonction curative en redéployant fortement sas activités autour des thermes, ouvrant un nouveau centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelle d’importance régionale, d’une grande maison de retraite et d’une maison de repos médicalisée. Mais Bagnères tournée de plus en plus vers le tourisme, a favorisé l’implantation du centre thermoludique Aquensis, dédiée au bien-être et à la forme.

La volonté de développer la ville a vu également la création la conservation de
l’environnement et du patrimoine a abouti à la création du Centre permanent d’initiatives pour l’environnement (CPIE) puis du Conservatoire botanique pyrénéen.
Ces institutions sont installées, avec le Muséum d’histoire naturelle, au vallon de Salut.

Les monuments remarquables à visiter:

– L’église Saint Vincent du XIVe s avec son porche plein cintre de type Renaissance

– La Tour des Jacobins, beffroi carré de type gothique flamboyant sur les deux premiers étages pour finir en octogone.

– L’ancienne église Saint Jean avec son prestigieux portique

– La Maison d’Uzer avec ses façades, sa toiture et son décor intérieur préservé.

– La rue du Vieux Moulin avec l’Ancienne Maison Jeanne d’Albret.

Enfin les Grands Thermes caractérisés par une architecture classique du XIXe s, servi par l’utilisation de nobles matériaux dont le marbre des Pyrénées qui a d’ailleurs son musée.
De belles promenades pour apprécier la ville:
– La promenade dite « les allées de Maintenon »
– L’ensemble formé par le Vieux Bagnères
– Le vallon de Salut avec les allées Dramatiques

Réservez votre emplacement dans votre camping près de Bagnières de Bigorre

La réserve de Néouvielle

Camping près de la réserve de Néouvielle

Parc national, la réserve naturelle de Néouvielle est un territoire de Haute montagne au centre de la chaîne des Pyrénées, situé dans la vallée de l’Aure à proximité de votre camping le Ruisseau. Son altitude oscille entre 1800 m et 3091 m mais malgré tout bénéficie d’un micro climat sec et chaud du fait de la protection d’une crête et de son orientation plein sud.

réserve de neouvielle

Ses paysages se caractérisent par des cirques à fond plats, des lacs et des arêtes rocheuses de granit que révèlent une mosaïque de couleurs composée d’une lande à rhododendrons et de bosquets de pins appréciés d’une multitude d’oiseaux. Des tourbières lacustres, paradis d’espèces endémiques des Pyrénées, , abritant les spaignes et les droséras complètent le paysage par leurs feuilles rouges.

La réserve de Néouvielle est un pays vivant qui accueille de nombreux troupeaux d’ovins et de bovins qui en paissant maintiennent l’équilibre de la faune.

Les paysages magnifiques de la réserve attirent beaucoup de visiteurs et le Parc se doit d’établir une règlementation rigoureuse afin de préserver cet environnement fragile. C’est pourquoi l’accueil est organisé ainsi que la circulation grâce à de nombreuses navettes permettant aux touristes d’accéder au site à partir de l’aire de stationnement d’Orédon. Différents services vous permettent de profiter au maximum de votre visite dans le parc: garde pour chiens, sanitaires, location de canne à pêche, brochure pour des parcours divers de randonnée…

 

Afin de mieux profiter du Parc, veillez à suivre son règlement:

 

– L’utilisation de véhicules 4 x 4 et de la moto-trial sont interdites dans le parc national.
Le V.T.T est également interdit en dehors des pistes autorisées (pistes de ski de fond du Brousset et du Somport.
Pas de camping ou de stationnement de camping. Le bivouac réglementé est autorisé à plus d’une heure de marche des limites du parc ou d’un accès routier, entre 19h et 9h. Pas de feu, pour éviter incendies et dégradations du sol.

 

– Ni cueillette, ni prélèvement d’aucune sorte.

– Ni bruit, ni dérangement pour la quiétude de tous.
Pas d’arme, ici tous les animaux sont protégés.

Survol non motorisé réglementé

Les chiens ne sont pas admis dans le parc national, même tenus en laisse

Enfin, Prévoyez de vous munir de sacs poubelles pour ne pas laisser vos déchets dans le parc national.

Toutes ces interdictions sont édictées aux seules fins de préserver un environnement fragile et de pérenniser l’accès aux trésors de la nature pour tous.

Vallée d’Aure – Maison du parc national
65170 Saint-Lary
Tél : 05 62 39 40 91

camping Neouvielle, camping réserve Néouvielle, camping vallée de l’Aure

Le château de Mauvezin

Votre camping proche du château de Mauvezin

À une quarantaine de km de votre camping, venez revivre les temps moyenâgeux avec la visite du château de Mauvezin qui marquait la frontière entre la région aquitaine et narbonnaise.

chateau de mauvezin

Ce château d’origine médiévale du XIe siècle ayant appartenu à la famille des rois de Navarre dont Henri IV, vous attend. Prévu pour défendre le territoire, il tombe en désuétude après la rattachement de la province de Bigorre au Royaume de France.

Il est alors démantelé, ses pierres   servant à d’autres constructions.

Restauré, le château offre un bel exemple de l’architecture militaire méridionale,. Une imposante enceinte de 15 m entoure un haut donjon rectangulaire qui domine à 37 m de hauteur. Ses murs ont une épaisseur de 3m50 à la base et de 2m au sommet, ce qui revêt un exploit architectural. Un chemin de ronde large de 2 m coure tout autour du quadrilatère que forme la forteresse.

 

Aujourd’hui, la restauration est achevée et le château renferme outre ses pièces traditionnelles d’habitation, deux salles vidéos où sont projetées l’histoire du château et sa restauration.

Dans le donjon sont restituées l’ambiance des pièces à vivre du temps où le château était habité par les seigneurs de Navarre.

C’est l’association Escòla Gaston Febus qui est propriétaire du château et qui en assure la gestion.

chateau Mauvezin 2

Le château est ouvert tous les jours et met à disposition des informations en français, anglais, allemand, espagnol, néerlandais, occitan.

 

Mauvezin la ville

Mauvezin s’est construit sur le schéma des bastides du XIIe siècle. Prenez le temps de vous balader le long de ses vastes terrasses, pour rejoindre la place centrale avec  sa halle du XIVe s et les maisons assises sur des arcades courant tout autour ainsi que le magnifique clocher octogonal gothique de l’église Saint Michel.

Dans la partie dite la ville basse, vous retrouvez l’ambiance typique des villages moyenâgeux avec les ruelles étroites et tortueuses et les nombreux passages couverts ouvrant sur des lieux insolites où au détour d’une rue vous découvrez une fontaine ou un puits.

Vous ne serez pas déçus de votre visite à Mauvezin qui a su préserver son patrimoine.

Réservez dès maintenant votre emplacement de camping ou votre hébergement au camping le Ruisseau

Camping château Mauvezin, camping Mauvezin, château Mauvezin

Le col du Tourmalet

Votre camping près du col du Tourmalet

camping pres col tourmaletConnu comme la plus dure étape du Tour de France, le col du Tourmalet est le plus haut des Pyrénées avec une altitude de 2115m.
Situé sous le Pic du midi et le pic de l’Espade, il relie la vallée du Gave de Pau et l’Adour.

 

Le col du Tourmalet, une histoire singulière

Emprunté depuis toujours par les bergers, les pèlerins et les marchands, le col est mentionné au Xème siècle quand la Comtesse du Bigorre le franchit pour aller prélever les impôts à Barèges. Mais c’est au XVIIe siècle qu’il acquiert du prestige quand Madame de Maintenon accompagné du duc du Maine l’emprunte pour aller prendre les eaux à Barèges. C’est d’ailleurs madame de Maintenon qui désignant dans ses lettres « barèges » qui donna son nom à cette ville autrefois appelée « les bains ». La route des thermes est ouverte!
Quelques temps plus tard, le ministre d’État de Louis XIV vint également à Barèges soigner une fracture à la jambe En rentrant à Versailles, il obtient des crédits pour les premières aménagements, des installations militaires et un meilleur confort pour les thermes.
C’est l’occasion d’en améliorer l’accès par un chemin aménagé, puis de construire une route qui deviendra la route nationale 618 qui perdura jusque dans les années 1970 avant d’être déclassée.

Le col du Tourmalet, légende du Tour du France

Une première course cycliste longue de 215km et qui prévoit la montée du col par deux fois est organisée par le Touring club de France en 1902. Cette association qui a pour but « le développement du tourisme sous toutes ses formes, à la fois par les facilités qu’elle donne à ses adhérents et par la conservation de tout ce qui constitue l’intérêt pittoresque ou artistique des voyages » crée l’évènement.
Quelques années plus tard, En 1910, le col devient une étape référence dans le tour de France qui l’emprunte à 78 reprises.
C’est le col de tous les exploits comme celui de Eugène Christophe qui ayant brisé sa fourche, parcourut 14 km à pied avant de rejoindre Sainte-Marie-de-Campan et de réparer son vélo lui même à la forge du village !

col du tourmalet

Le col du Tourmalet, le départ vers les cîmes.

Proche du Pic du Midi, le col du Tourmalet est le départ pour des grandes randonnées en été. L’hiver il devient un centre de sports faisant la jonction entre les stations de ski de Barèges et La Mongie.
Ainsi il donne son nom au plus grand domaine skiable des Pyrénées.
Le col est un belvédère naturel qui offre au regard des panoramas à couper le souffle sur les deux vallées qu’il domine. La redescente vers la vallée verdoyante du Campan et ses paysages typiques montagnards et pastoraux vous emmène à Barèges qui a su garder son architecture caractéristique des villes d’eaux du début du siècle.
Après ce bol d’air revigorant, il est temps de repartir vers votre camping.
Le col du Tourmalet, Une belle escapade d’une journée.

Réservez votre emplacement de camping – Réservez votre hébergement au camping Le Ruisseau

Camping Tourmalet, camping proche Tourmalet